Le visage de Marie, immaculée conception

La créature toute transparente de l’amour offert. Une créature, pas une déesse, ni un être intermédiaire entre Dieu et l’homme. Une femme toute disponible, de A jusqu’à Z, de sa conception jusqu’à sa mort. 
Elle est conçue sans péché, sans obstacle opposé à l’amour, Immaculée  sinon Dieu serait resté à frapper à sa porte.
En fait, l’amour peut prendre chair en elle, ne pas rester une parole en l’air.
Elle conçoit le don de Dieu, son Fils, son Unique, son Tout. Elle s’identifie à cette mission : la conception du Fils de Dieu.
Le 25 mars, après trois semaines d’Apparitions et trois semaines de silence, elle peut déclarer à Bernadette : 

« JE SUIS l’Immaculée Conception. » 

C’est pourquoi le peuple chrétien aime tant se rapprocher de Marie, une Maman si belle. Dans nos régions, son image est vénérée. Nous sommes invités à l’apporter à Lourdes, en signe de joie et de reconnaissance.


« Qui es-tu, Immaculée Conception ? » 

Marie n’est rien d’autre que la réponse parfaite enfin donnée au désir de Dieu, elle communie par son offrande à la joie de l’Amour éternel. Le
Père reconnaît en cette petite femme de Nazareth la créature qui lui fait confiance ; le Fils lui est abandonné sans crainte comme un petit embryon
dans le sein de sa mère, comme l’enfant totalement dépendant du bon vouloir de ses parents. 
Elle est ainsi le Temple, l’icône, « l’Epouse » de l’Esprit Saint, pour employer des images aimées par le Concile Vatican II, par des Papes ou par des saints.

C’était l’interrogation du Père Kolbe lors de son pèlerinage à Lourdes en 1930. C’était encore l’objet de sa méditation le jour de son arrestation, le 17 février 1941, tandis qu’il allait partir pour le camp d’Auschwitz. Il revivait alors ’émerveillement de l’ange Gabriel, contemplant dans ce petit trou inconnu de Nazareth le mystère adoré dans le ciel: l’enfantement du Fils Unique. La chair d’une femme porte la Vie de Dieu qui se donne.
Elle est l’écho parfait du Oui éternel de Dieu, elle lui permet de résonner désormais dans l’histoire du monde.

L’Esprit de confiance et d’amour a été chassé du paradis par le péché de l’homme, et la terre est devenue un enfer ; il s’est ensuite approché de quelques privilégiés, patriarches, prophètes ou rois, qui l’ont accueilli, mais se sont aussi montrés infidèles ; il peut maintenant demeurer parmi les hommes : « L’Esprit Saint viendra sur toi, la Puissance du Très Haut te prendra sous son ombre », car tu es le Tabernacle, la Tente où vient habiter le Don de Dieu.
Dieu se révèle en s’humanisant. Il se reconnaît dans sa créature, transparente de l’Amour. 
Et Marie, qui ne se complaît pas un seul instant dans sa beauté merveilleuse, laisse chanter en elle le Dieu qui s’humilie : elle est sa petite servante, ils se ressemblent. 
Et elle se laisse inviter à poser à son tour son regard sur une humble fille d’une petite bourgade des Pyrénées, un Nazareth d’aujourd’hui, une Bernadette qui lui ressemble. 
Elle va reconnaître et éveiller en elle la même transparence, la même disponibilité à sa mission, faire naître le Christ dans les âmes.

Bernadette sait donc, le 25 mars 1858, que la Dame de la Grotte, Aqueró, n’est autre que Marie, la Mère de Jésus. Le nom qu’elle se donne, cependant, peut surprendre. Il évoque le dogme défini par
le Pape Pie IX quatre ans auparavant, le 8 décembre 1854 : Marie a été conçue sans le péché originel. Mais à Lourdes, il ne s’agit plus simplement de rappeler une qualité déjà reconnue dans la prière
de la Médaille miraculeuse : « Ô Marie conçue sans péché,… » Il s’agit pour Marie de dire qui elle est, de révéler le secret de son cœur. Elle joint ses mains et lève les yeux vers le ciel en disant : « Je suis
l’Immaculée Conception.
»

On a pu penser qu’elle voulait signifier ainsi qu’elle était la Pureté absolue, mais la conception n’est pas une qualité, c’est une action.
Or, le 25 mars, neuf mois avant Noël, célèbre la conception de Jésus. Marie identifie ainsi tout son être à sa mission, de concevoir pour le
monde un petit être à peine formé dans son sein, le Fils de Dieu : elle n’a pas d’autre existence que cette maternité, indiquée ici en sa racine même,la conception de l’enfant.
Si elle-même est conçue sans péché, ce n’est pas pour qu’on s’arrête à elle et qu’on l’admire, c’est pour qu’on la suive dans son oui, dans son accueil du don de Dieu. « JE SUIS », nous dit-elle, entièrement
prise dans cette folie d’amour qui entraîne Dieu à se donner petit enfant.

Lourdes, le thème de l'année : 'Je suis l'Immaculée Conception'


Sur cette page

  • 11 vidéos très courtes pour expliquer le thème de l'année 2020 resté le même pour 2021 à Lourdes.





« Je suis l’Immaculée Conception », c’est le thème choisi pour le pèlerinage à Lourdes en 2020 puis reporté en 2021. Il est possible de vivre spirituellement et à distance ce pèlerinage. Vous pouvez vous rendre tous jours à la Grotte par TV Lourdes, y faire déposer un cierge et prier (www.lourdes-france.com).
La révélation « Je suis l’Immaculée Conception » de la Vierge Marie à Bernadette Soubirous, le 25 mars 1858, est la promesse de Dieu qui est faite à chacun de nous par le baptême.
Un chapelain du Sanctuaire de Lourdes, Don Anne-Guillaume Vernaeckt, nous attend dans 10 lieux du Sanctuaire et nous accompagne dans notre pèlerinage.

11 vidéos par Don Anne-Guillaume Vernaeckt

Le Secret de Marie

Prendre Marie chez soi

Le double désir de Bernadette

L' Immaculée Conception

Saint Louis Marie Grignon 

La sollicitude maternelle

Je suis l'Immaculée Conception

Le pèlerinage à la Grotte

Marie, mère d'une humanité nouvelle

Allez boire à la fontaine

La lumière du Ressuscité